Une musique sur la suite de Fibonacci de Fabienne Pratali, violoniste de talent et mise en scène par Alain Piton

Regard en pin de corse
Sculpture de Marie Odella

Prendre le clavier ….comme on prenait la plume avant, dans un autre âge, à peine dépassé puisque fondamentalement rien n'a changé...sur nos terres humaines.
Dire juste les labours à l'intérieur, les terres retournées sous des socs glacials et coupants. Le mal qui s'invite sans qu'on y prenne garde, qui se multiplie parce qu'on croise dans les regards la peur, l'envie de vengeance, la haine, le racisme et des phobies sans nom qui nous font basculer.

« Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi
Tout homme est un fragment du continent
Une partie de l’ensemble
Si la mer emporte une motte de terre
L’Europe en est amoindrie